Ça ne fait pas plaisir à entendre mais vous en avez besoin. Comment gérer les critiques

Vous avez du mal à supporter les critiques sur vous, votre travail, votre dernier rapport ou votre cravate ?

Cela vous énerve, vous vexe, vous niez et vous vous mettez à bouder ?

Et bien sachez (si vous ne le savez pas déjà) que ce comportement ne va vous mènera à RIEN et ne vous apportera RIEN de bon

Pourtant il est ABSOLUMENT essentiel que vous appreniez à gérer les critiques.

Continuez à lire pour savoir comment faire.

Aussi petite soit-elle, la critique est souvent perçue comme une attaque personnelle, une remise en cause de nos compétences et/ou de notre efficacité. Certaines personnes la voient même comme une remise en cause de leur personnalité.

C’est parfaitement compréhensible. La (très) grande majorité des gens souhaite bien faire les choses et la (encore plus) grande majorité pense bien faire. Certains s’investissent beaucoup personnellement, et on peut comprendre leur déception quand on leur annonce qu’ils ont mal fait ce qu’ils pensaient avoir réussi ou bien fait.

On ne réagira pas de la même façon selon la manière dont la critique est formulée (agressive, non justifiée, sur un point dont nous n’avons aucun contrôle), selon la personne qui l’émet (votre patron, votre responsable, un collègue, un de vos employé ou une personne sous votre responsabilité, votre conjoint(e), vos parents, vos enfants, etc. ), ou selon notre état émotionnel du moment.

Dans tous les cas, il y a plusieurs manière de réagir : la (les) mauvaise(s) manière(s), l’indifférence, et la bonne manière.

La MAUVAISE manière

Elle consiste à s’énerver, à nier, ou à réagir d’une manière non constructive et négative. Un peu comme un enfant. On peut facilement comprendre qu’elle ne vous apportera rien de bon.

C’est LA réaction à éviter, et ce quelque soit la manière dont la critique a été formulé. Je parle de ça plus loin.

L’indifférence

Vous pouvez choisir d’ignorer la critique. A vos risques et périls cependant, surtout si elle provient d’une personne dont vous voulez ou devez garder les faveurs (votre boss, votre conjoint(e))

Gardez à l’esprit que si une personne émet une critique, il y en a peut-être 5 autres derrière qui pensent la même chose, sans oser vous le dire par peur de votre réaction. Enfin, si plusieurs personnes formulent la même critique, c’est qu’il y a forcément une raison. Il est donc fortement déconseillé de l’ignorer.

Si vous êtes néanmoins sur le point de le faire, posez-vous quand même des deux dernières questions : est-ce que faire quelque chose par rapport à cette critique va faire de moi une meilleure personne ou rendre mon travail meilleur ? Est-ce que ça va me tuer de changer quelque chose dans ma manière de faire ? Si les réponses sont oui, puis non, demandez-vous vraiment si l’ignorance est la bonne solution.

LA BONNE manière

La meilleure manière de réagir face à une critique est de l’accepter, de la relativiser, et de s’en servir de manière constructive.

Accepter la critique

C’est l’étape la plus difficile. N’hésitez pas à prendre une ou deux respirations bien profondes pour vous calmer si vous avez du mal à encaisser.

Dans la plupart des cas, la critique n’est que l’expression d’une différence de point de vue entre vous et son émetteur.

Votre responsable trouve votre compte rendu pas assez synthétique, et vous trouvez qu’il l’est suffisamment. Votre conjoint(e) vous trouve trop radin(e), vous faites simplement attention. Vos enfants vous trouvent trop sévère, vous pensez être juste. C’est une différence de point de vue.

Acceptez simplement le fait que votre interlocuteur puisse avoir un point de vue différent du votre. C’est son droit après tout. C’est comme pour un film, vous pouvez être en désaccord avec quelqu’un sur le dernier James Bond, ce n’est pas pour autant que vous allez le prendre personnellement. C’est pareil avec la critique. Acceptez les différences de point de vue.

Dans certains cas, c’est suite à une erreur de votre part qu’on vous fera une critique. Dans ce cas, vous n’avez d’autres choix que de l’accepter, et de relativiser votre erreur.

Relativiser

Vous avez accepté la critique, bravo, vous avez fait le plus dur. Maintenant, il va falloir la relativiser.

Vous n’êtes pas Dieu sur terre, ni une espèce de génie né avec la science infuse. Personne ne sait tout sur tout, et personne ne s’est jamais réveillé un matin en ayant la connaissance universelle. Personne! Ni vous, ni moi, ni eux.

N’ayez donc pas honte de vous tromper de ne pas savoir. L’erreur est humaine. Tout le monde en a fait, tout le monde en fait, et tout le monde continuera d’en faire. Dites-vous que ce n’est pas la première, et certainement pas la dernière. Pensez-vous que votre patron, votre responsable, votre conjoint, ou vos amis n’ont jamais fait d’erreur ? bien sûr que non. Les seuls qui ne se trompent jamais sont ceux qui ne font jamais rien ou n’essaient jamais rien de nouveau.

Gardez également à l’esprit qu’on ne connaît pas toujours quelqu’un, et qu’on ne peut donc pas toujours savoir ce qu’il attend de nous. Peut-être votre interlocuteur a-t-il mal (ou pas du tout) exprimé ce qu’il attendait de vous. Dans ce cas, vous êtes moins responsable que ce que vous pensez.

Utiliser la critique de manière constructive

Il faut à présent faire fructifier cette critique. L’objectif ici est de la comprendre, et de trouver comment faire pour ne plus jamais reproduire ce qu’on nous reproche.

Tout d’abord, reformulez la critique pour que votre interlocuteur valide le fait que vous l’ayez bien comprise : “Donc, si je comprends bien, tu trouves que mon rapport n’est pas assez synthétique, tu aurais voulu qu’il soit plus comme ci ou comme ça ?”. N’hésitez pas à insister pour bien comprendre. Il est important que la personne qui vous a critiqué s’explique. On ne peut pas simplement dire que ça ne va pas sans pouvoir se justifier derrière.

Une fois que vous avez compris, demandez comment vous auriez dû faire : “tu aurais voulu que ça soit comment ?” ou “comment aurais-je du me comporter/qu’est-ce que j’aurais dû faire?”. Si la personne n’a pas d’idée sur la bonne manière de faire, proposez des choses : “si j’avais fait comme ça, est-ce que ça aurait été bon ?”

Il faut engager un dialogue avec votre interlocuteur, lui montrer que vous avez suffisamment de recul pour accepter la critique, et suffisamment d’intelligence pour vous en servir pour progresser. N’hésitez pas à insister si vous ne comprenez pas.

Une fois que vous avez compris, faites le savoir et remerciez-le : “OK, j’ai compris ce que tu voulais dire. Merci de me l’avoir dit/de m’avoir fait la remarque. Je vais faire en sorte que ça ne se reproduise plus”. Après tout, vous avez amélioré quelque chose chez vous grâce à lui.

SI vous n’êtes pas d’accord, ne contredisez surtout pas la personne et ne remettez pas en cause son point du vue. Exprimez simplement votre opinion, et justifiez la : “je comprends ton point de vue, mais je ne suis pas d’accord car je pense que blablabla…”

Résistez à l’envie de vous justifier, à moins que vous ayez VRAIMENT une bonne raison indépendante de votre volonté (vous n’avez pas reçu toutes les informations nécessaires). Vous donneriez l’impression de ne pas accepter et passeriez encore pour un enfant.

Si la critique a été (très) mal formulée

Je vais d’abord me répéter, mais encore une fois, ne vous énervez pas, ne vous vexez pas. Si la critique est mal formulée, et que vous avez vraiment du mal à l’encaisser, et que vous ne pouvez pas répondre, serrez les dents, et excusez vous. Dites que vous avez quelque chose d’important ou d’urgent à faire, n’importe quoi, et dites à votre interlocuteur que vous reviendrez en parler avec lui plus tard.

Si vous ne pouvez pas vous excuser (pas forcément évident de se sauver de son patron), serrez aussi les dents, et demandez lui de s’expliquer. Ça vous laissera de précieuses minutes pour absorber le choc. Inspirez et expirez profondément plusieurs fois. Répétez vous que vous n’êtes pas superman, que vous avez le droit à l’erreur, et que la personne vous faisant face a le droit de ne pas avoir le même point de vue que vous. Balancez lui intérieurement des noms d’oiseaux si ça peut vous aider à vous calmer.

Parlez en ensuite avec lui, comme recommandé plus haut.

Une fois cela fait, à vous d’exprimer une critique (mais pas de la même manière). Faites calmement remarquer à votre interlocuteur que sa critique aurait pu être mieux formulée :

“Par contre j’aurais moi aussi une remarque si je peux me permettre. Ce n’est que mon point de vue, mais j’aurais préféré que tu me dise ça d’une manière plus constructive. Je me suis senti (presque) agressé. Certes j’ai fait une erreur, mais je pense qu’on peut en parler calmement.”

Voyez la subtilité de votre remarque. Vous n’émettez pas de critique directe. Vous faites comprendre les choses sans jamais remettre en cause votre interlocuteur. Vous expliquez directement comment faire mieux la prochaine fois. Et vous exprimez votre ressenti, et ça, personne ne peut le réfuter. Si jamais quelqu’un ose le faire, dites-lui que c’est comme ça que vous avez pris sa remarque, et inversez les rôles. Demandez-lui comment il aurait réagi si quelqu’un l’avait critiqué de cette manière.

C’est un état d’esprit!

Pour mieux appliquer ces conseils, il faut également changer son point de vue sur la critique. Il faut la voir comme quelque chose de positif, et il faut l’accepter avec joie.

C’est un avis extérieur qui nous permet de mettre l’accent sur des choses que nous n’aurions certainement jamais vu nous-même. La critique est source de progrès et d’amélioration. Grâce à elle, nous pouvons devenir un meilleur patron, un meilleur employé, un meilleur ami, bref une meilleure personne. Ce n’est en aucun cas une remise en cause globale de notre personnalité ou de nos compétences.

Sachez également que certaines personnes acceptent très bien la critique. Elles la recherchent même. Ces personnes n’utilisent d’ailleurs jamais le terme critique, mais plutôt le terme “remarque”. Devenez une de ces personnes.

Il m’est arrivé lors d’entretiens d’embauche de demander à mes interlocuteurs ce qu’ils avaient pensé de ma lettre de motivation ou de mon CV, et de leur demander comment je pouvais l’améliorer. Je demande aussi régulièrement l’avis de mes collègues sur mon travail, en leur demandant si cela correspond à leurs attentes, et comment je pourrait l’améliorer.

Lorsque j’ai quitté mon précédent emploi, je suis allé demandé à certains collègues que je savais constructif et sans langue de bois qu’est ce que je pourrait améliorer chez moi pour être un meilleur collègue, manager et ingénieur.

Savoir accepter la critique est une qualité indispensable et reconnue. Elle démontre une volonté de progresser et de l’humilité. Ceux qui possèdent ces qualités sont ceux qui progressent le plus et qui vont le plus loin.

N’ayez pas honte de vouloir progresser!

Et vous, quelle a été la plus grosse critique qu’on vous ait faite, ou celle que vous avez le plus mal pris ? Comment avez vous réagit, et avec le recul, était-ce une bonne ou une mauvaise réaction ?

Publicités

2 réflexions sur “Ça ne fait pas plaisir à entendre mais vous en avez besoin. Comment gérer les critiques

  1. Bonjour,
    un très bon article très bien détaillé sur les qualités d’une critique, oui, bien que parfois ça ne nous enchante guère de se voir critiqué, mais quand elle est constructive, savoir la gérer apporte aussi une satisfaction personnel quand on en sert pour s’améliorer.
    Tout dépend aussi de qui elle vient, il y a aussi des personnes qui se plaise à pousser le bouchon toujours plus loin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s