Créer sa muse – études de cas d’entreprises couronnées de succès

Voila la première traduction d’une série de 4 articles provenant du blog de Tim Ferriss.

Ils concernent des entreprises créées suivant le modèle décrit dans le super livre de Tim Ferriss, La semaine de 4 heures.

Leurs créateurs nous dévoilent comment ils ont eue leur idées, comment ils ont fabriqués leurs produits, et comment ils les ont promus, pour parvenir à générer un revenu de plusieurs milliers d’euros par mois!

Enjoy ! ^^

(Vous pouvez retrouver les autres articles, iciici et ici)

 “EarPeace” de Jay Clark

 Décrivez votre muse en 1 à 3 phrases.

Earpeace améliore n’importe quelle expérience de concert ou de boite de nuit ou la musique est trop forte. Earpeace est une protection auditive haute-fidélité qui réduit le volume sans déformer le son, qui est quasiment invisible, confortable, réutilisable, et qui est vendu dans un super packaging

Quel est le site web de votre muse ?

http://www.earpeace.com

Combien vous rapporte actuellement votre muse tous les mois (en moyenne) ?

De 3 800 à 7 700€ par mois

Comment vous êtes-vous décidé pour cette muse ?

Ma muse a résolu mon problème. Je passais le carnaval dans un port d’Espagne avec ma petite amie de Trinidad. J’y ai passé des jours à danser en costume à coté de remorques de tracteur transformées en support d’enceintes géantes. Nous nous sommes remis de notre expérience à Tobago, et les bourdonnements dans mes oreilles étaient plus forts que le son des vagues. Je me suis alors tourné vers elle et je lui ai demandé si elle avait déjà vu des protections “stylées” pour les oreilles. Ce n’était pas le cas. C’est alors que j’ai trouvé ma muse.

Après toutes les recherches, j’avais la certitude que je pourrai concevoir un meilleur produit pour pas cher, avoir un meilleur marketing, et construire un système qui pourrait fonctionner tout seul. Earpeace a résolu les 3 principaux problèmes que les gens ont avec les protections auditives – Elles détruisent la qualité du son, elles ont l’air stupides, et elles ne sont pas confortables. Quand vous utilisez Earpeace, la musique est claire comme du Crystal (vous pouvez même entendre vos amis), les gens ne peuvent pas voir que vous les portez (couleur de votre peau et forme très fine), et elles sont très confortables (et réutilisables – grande valeur). Je pouvais aussi la mettre dans un bel emballage tout en gardant une marge raisonnable. De plus, c’est petit, pas cher à expédier, et les stocks sont faciles à gérer. Earpeace a prouvé lui-même que c’était un produit gagnant.

Quelles idées avez-vous eues, avant de les rejeter, et pourquoi ?

J’étais sur le point d’ouvrir un club de yoga à Amsterdam. En janvier 2008, je suis allé à Amsterdam pour régler les derniers détails, rencontrer les avocats d’affaires, les agents immobiliers, les assistants personnels, les comptables, les comptables spécialisés, et pleins d’autres personnes pour m’aider à rester dans les nombreuses lois à propos des embauches et des formalités pour payer les gens, etc….POUR OUVRIR UN CLUB DE YOGA (exaspération totale). J’ai lu la moitié de la semaine de 4 heures à l’aller, et l’autre moitié au retour vers la maison. J’ai tout de suite su qu’un studio de yoga (surtout à Amsterdam) n’était pas une bonne idée. J’ai finalement passé les deux premières semaines d’octobre 2008 au sud de la chine à faire le tour des usines pour Earpeace.

Quels ont été les moments décisifs, ou les moments où vous vous êtes dit “A-ha!” ? Comment sont-ils arrivés ?

Le moment décisif le plus important s’est produit quand j’ai réalisé que je ne pouvais pas être attaché à un endroit. Un club de yoga (pour autant que j’aime en faire) vous rend immobile. J’ai grandi à l’étranger et l’envie de voyager est encore très forte. Je dois pouvoir gérer mon activité de n’importe où. Earpeace me permet de faire ça.

Quelles ont été vos plus grosses erreurs, ou plus grosses pertes de temps ou d’argent ?

La plus grosse erreur a été de commander trop de stock. A peine votre premier produit est-il commercialisé, que vous êtes déjà en train de l’ausculter et de l’améliorer. Faites des promotions, promettez la lune sur les prochaines ventes, et gardez le niveau de stock bas.

A la deuxième commande (des Earpeaces emballés en blisters), j’en ai fait trop. Dieu merci, les premières commandes internet sont presque parfaites.

Quelles ont été les leçons clé apprise, point de vue marketing ou fabrication ?

Demander l’avis au plus de personnes intelligentes possibles. On perd vite la vue d’ensemble quand on est en plein dans les prises de décisions sur les aspects financiers, opérationnels, de distribution et de création. Donnez 5% de l’entreprise à un couple de conseillers pertinents, qui vont vous consacrer 1 à 2 heures par semaine pour faire le point sur la stratégie, vous présenter des gens, et vous aider à mener les ventes. Vous NE POUVEZ PAS tout faire vous-même. Il y a tellement de décisions à prendre pour la commercialisation qu’il est impossible de tout faire soi-même. Et embauchez aussi quelqu’un à mi-temps pour ne faire que des relations publique et du marketing aussi vite que possible.

Comment avez-vous trouvé vos publicitaires, et quels seraient vos conseils pour les débutants ?

J’ai été suffisamment chanceux pour avoir déjà un réseau solide d’amis et de professionnels vers qui je pouvais me tourner pour des conseils rapides pendant la mise en route et le lancement. Mon réseau est INESTIMABLE. Cependant, si les gens ne peuvent pas contacter ce genre de personne, alors c’est une question de réseautage. Il y a beaucoup de ressources, mais vous allez devoir boire beaucoup de cafés et de bières, et aller beaucoup au restaurant avant de trouver quelqu’un de confiance, qui possède les compétences clés dont vous avez besoin, et qui serait d’accord pour être impliqué ou être votre mentor dans l’aventure qu’est le démarrage d’une entreprise.

Si vous avez utilisé un fabricant, comment l’avez-vous trouvé ? Quels sont vos suggestions pour ceux qui n’ont pas encore votre expérience ?

J’ai trouvé mon fabricant sur Alibaba.com and GlobalSources.com. Je les ai tous contactés avec mon email professionnel, car utiliser un compte Gmail ne vous garantira pas un retour sérieux. J’ai commencé avec une liste de plus de 20 fournisseurs et je leur ai envoyé des emails à tous. J’ai ensuite réduit la liste à 10 en me basant sur leur vitesse de réponse, la qualité de leur anglais, et leur volonté de répondre à mes questions. Je leur ai envoyé une clause de non concurrence et j’ai réduit encore la liste quand je n’avais pas de réponse ou des problèmes avec la confidentialité.

Je leur ai ensuite demandé de me prouver qu’ils pouvaient créer ce que je voulais avec des maquettes, et j’ai réduit à liste à 5 fabricants. J’ai enfin utilisé mon réseau pour m’aider à trouver un interprète qui pourrait m’aider pendant mes visites et pendant les négociations. Vous ne savez pas ce que vous ne savez pas, et il y a beaucoup de choses que vous ne savez pas sur la manière de faire affaire en chine. Avoir quelqu’un qui parle la langue et qui peut mener les négociations vaut la dépense. Après avoir trouvé mon interprète, je suis monté dans un avion et je suis parti pour Hong Kong.

Des conseils pour les relations publiques ? Médias, utilisateur connus, ou associations entre entreprise, etc ? Comment avez-vous fait ?

“A Ringing Endorsement for Earplugs” sur Mashable

– Patrick Dierson sur le Jay-Z tour

– Le Bowery Presents à New York a des EarPeaces

Thievery Corporation a des EarPeaces sur mesure

– Je fais des EarPeace sur mesure pour SXSW

 J’ai réussi tout ça grâce à mes conseillers qui m’ont présenté du monde, beaucoup de coups de fils en aveugle, et aux relations publiques. Et en étant sur le terrain aussi. Earpeace était présent sur chaque grand festival l’été dernier. C’est un travail phénoménal

Si vous deviez tout recommencer, que feriez-vous différemment ?

J’aurais embauché des conseillers plus tôt, commandé moins de stock pour me permettre d’innover plus rapidement, et j’aurais dépensé plus d’argent en relation publique.

Quel est la suite pour vous ?

Earpeace est un super produit et j’en suis très fier. Cela marche vraiment et la conception est suffisamment unique que les produits “haute-fidélité” concurrents ne puissent pas le concurrencer sur la durée de vie. Nous allons effectuer une transition en proposant Earpeace sur le marché de la grande distribution. Pour le moment, cela reste une niche, mais TOUT LE MONDE en a besoin. Les boules quies en mousse sont super pour dormir par exemple, mais vous avez besoin d‘une protection auditive presque tout le temps quand vous sortez. Que ce soit au cinéma, à un match de basket, un bar bruyant, un restaurant, ou le métro. Nous avons toujours besoin d’entendre, et nous avons juste besoin de baisser le son. C’est ce que fait Earpeace, discrètement, et avec qualité. Je veux Earpeace dans toutes les grandes surfaces pour la fin de l’année prochaine.

 Ensuite, je ferai une pause. Je vais dans ma retraite préférée pour la méditation Vipassana en Thaïlande. Quand je reviens après 10 jours sans parler, 10 heures de méditation, et 2 heures de yoga par jour, et de la super nourriture végétarienne…. La prochaine muse va se manifester d’elle-même.

“Summer Jasmines” par Alissa Kraisosky

 

Décrivez votre muse en 1 à 3 phrases.

Ma muse est une sandale de pédicure pliable et compactable. C’est un modèle déposé. Elle est commercialisée aux Etats Unis et est en cours de commercialisation au japon.

Quel est le site web de votre muse ?

http://www.summerjasmines.com

Combien vous rapporte actuellement votre muse tous les mois (en moyenne) ?

De 750 à 2000€ par mois

Comment vous êtes-vous décidé pour cette muse ?

J’ai lu le livre de Tim pendant un vol de retour de paris pour mes vacances en 2007. J’étais bloqué dans un job qui devenait de plus en plus toxique, et le livre de Tim m’a de nouveau excité – un peu comme quand j’étais à la fac et que je pensais que tout était possible. Environ un an plus tard, le besoin est devenu la source de mon invention.

Mes pieds me faisaient mal alors que je rentrais à mon hôtel depuis un centre de convention de Las Vegas. J’aurais voulu qu’il existe une paire de chaussure qui ait du style que je puisse juste sortir de mon sac et porter pour son confort. Je voulais aussi quelque chose pour pourrait facilement séparer les orteils pendant une pédicure. J’ai ressorti le livre de Tim et j’ai relu le chapitre sur la création de la muse, et voilà!

J’ai aussi utilisé PRLeads et HARO pour augmenter l’exposition du produit (comme indiqué dans le livre). L’idée était de mettre les choses en mouvement, et “Summer Jasmine” est apparue depuis sur le site Style Network, a attiré l’attention de célèbres styliste, et est même dans les mains de Paris Hilton.

Quelles idées avez-vous eues, avant de les rejeter, et pourquoi ?

J’ai pensé faire quelque chose dans le domaine médical (Je travaillais comme physicien-psychiatre), mais j’ai lu l’expérience de Tim avec BrainQuicken et j’ai changé d’avis. Je ne voulais pas faire quelque chose qui ressemble trop à mon travail de tous les jours.

Quels ont été les moments clés, ou les moments où vous vous êtes dit “A-ha!” ? Comment sont-ils arrivés ?

Je retournais à mon hôtel depuis une convention à Las Vegas, et mes pieds me faisaient souffrir le martyr – c’est le moment où je me suis dit “A-ha”. Je ne voulais pas marcher pied nu, alors j’ai boité jusqu’à mon hôtel dans mes chaussures inconfortables. J’ai fait quelques recherches en ligne et je n’ai rien trouvé de similaire à ce que j’ai développé. Je voulais des chaussures qui pouvait être portées en cas d’urgence, mais aussi tous les jours, ou pour des pédicures.

Quelles ont été vos plus grosses erreurs, ou plus grosses pertes de temps ou d’argent ?

J’ai engagé une entreprise de relation publique, mais je me suis rendu compte qu’ils avaient besoin de micro management, et cela n’aidait pas du tout. J’ai fait beaucoup mieux grâce aux recommandations de Tim dans le livre, c’est à dire avec HARO et PRLeads.

Quelles ont été les leçons clé apprise, point de vue marketing ou fabrication ?

Il faut vraiment faire une démonstration de mon produit, ou alors les gens pensent qu’il s’agit juste d’une autre paire de chaussure en plus dans la masse de toutes les autres paires de chaussures.

Si vous avez utilisé un fabricant, comment l’avez-vous trouvé ? Quels sont vos suggestions pour ceux qui n’ont pas encore votre expérience ?

Ça a été difficile de trouver quelqu’un, car je voulais être sûr qu’ils feraient le produit exactement comme je l’ai conçu. J’ai cherché aux Etats Unis, sans succès, et il m’a fallu 3 mois, de nombreuses recherches internet, et une rafale d’email avant de trouver un fabricant fiable. Il était d’accord pour faire un prototype pour un coût minimal (environ 250 euros) pour chaque style. Quand j’ai vu que les sandales obtenaient de bon retour du marché, j’ai été capable de commandé en gros.

Mon conseil pour les débutants est de commencer avec Alibaba.com. C’est assez facile de trouver un contact qui parle anglais (dans mon cas) et j’ai aussi été capable de trouver des entreprises assez renommés et bien établies (2 travaillaient pour Disney et L’Oréal par exemple). N’oubliez pas de de leur demander si elles peuvent faire de la fabrication sous marque privée (ce qu’il faut, c’est l’acronyme ODM). Demandez-leur de vous envoyer quelques échantillons (ou prototypes) pour éviter d’avoir un stock énorme de quelque chose dont vous ne voulez pas.

Des conseils pour les relations publiques ? Médias, utilisateur connus, ou associations entre entreprise, etc ? Comment avez-vous fait ?

Joe Robinson du magazine “entrepreneur” m’a récemment interviewée à propos du multitâche (comment y survivre) et sur le fait de mettre des limites. Là encore, c’est arrivé grâce à PRLeads, sur les recommandations de Tim.

Si vous deviez tout recommencer, que feriez-vous différemment ?

Je n’embaucherai pas d’agence de relation publique.

Quel est la suite pour vous ?

Je veux continuer de concevoir des chaussures, et trouver comment les intégrer à la médecine pour accroitre le bien être. Je sais que ça arrivera d’une manière ou d’une autre!

Le shampoing “Hewley L-Carnitine” de Daniel Bradley

 

Décrivez votre muse en 1 à 3 phrases.

Les produits Hewley (shampoing à la L-carnatine et les après shampoing Saw Palmetto) aident les hommes et les femmes à combattre les cheveux fin, sans vie et sans tenu avec un programme journalier en 2 étapes pour avoir des cheveux plus épais et en meilleure santé. Comme des cheveux qui viennent de pousser.

Quel est le site web de votre muse ?

http://www.hewley.com

Combien vous rapporte actuellement votre muse tous les mois (en moyenne) ?

De 2 000 à 4 000 € par mois

Comment vous êtes-vous décidé pour cette muse ?

Nous avons fait des recherches dans les magazines scientifiques et les études visant à stimuler l’afflux sanguin sur le crane. Nous avons découvert des résultats passionnants et prometteurs et nous nous sommes rendu compte qu’il s’agissait d’une véritable niche. De plus, les prix des produits permettaient des marges confortables.

Quelles idées avez-vous eues, avant de les rejeter, et pourquoi ?

Notre première muse était de l’huile de poisson. Nous avons trouvé une super compagnie en Islande qui avait un produit terrible qu’ils pouvaient nous envoyer en grosse quantité. Nous avons testé le concept en utilisant les outils de la semaine de 4 heures, mais nous nous sommes rendu compte qu’il y avait trop de compétition et pas assez de différenciation.

Quels ont été les points critiques, ou les moments où vous vous êtes dit “A-ha!” ? Comment sont-ils arrivés ?

Le principal point critique a été de nous rendre compte que nous pouvions “appeler” notre produit d’après l’ingrédient clé, et aussi que nous pouvions posséder le nom de domaine (la L-carnatine – le nom de domaine lcarnatineshampoo.com était disponible). Utiliser ensemble l’ingrédient clé et le nom de domaine nous a semblé un très bon moyen de “posséder” une niche. Nous avons ensuite réalisé qu’avoir une marque (dans notre cas Hewley) nous donnerait de la flexibilité pour expérimenter nos produits et notre ligne de produit.

Quelles ont été vos plus grosses erreurs, ou plus grosses pertes de temps ou d’argent ?

Le plus gros problème a été d’essayer d’externaliser la conception du site web. Nous avons sous-traité l’étiquette de notre produit à une grande entreprise, et nous sommes super content du résultat. Mais nous n’avons pas eu de chance avec la conception de notre site internet. Nous avons essayé quelques entreprises sur eLance et quelques concepteurs de Shopify, mais nous avons eu du mal à trouver un webmaster qui savait “concevoir” pour un maximum de conversion. Ça a été notre plus grosse perte de temps et d’argent.

 [Note de Tim : c’est là que les conseillers peuvent être très utiles. Tout d’abord, trouver un conseiller expert en conversion pour vous aider à faire la fireframe ou des ébauches des pages qui devront convertir (utiliser un crayon et du papier, ou balsamiq). Demander ensuite à un designer d’appliquer et d’ajouter une atmosphère esthétique. Enfin, demandez à un développeur de le décomposer et de créer un site fonctionnel.]

 Nous avons encore du mal avec le concept de marque. Nous serions probablement restés sur “Shampoing à la L-Carnatine” au lieu de “Hewley”. Faire en sorte que les gens comprennent ce qu’est Hewley sera à la fin positif pour nous, mais pour le moment, c’est plus un obstacle qu’il faut franchir.

Quelles ont été les leçons clé apprise, point de vue marketing ou fabrication ?

Twitter! Il y a des entreprises la dessus qui vont gérer votre compte twitter pour plus de 1200 € par mois (whoo!). Nous avons trouvé SocialOomph et une ou deux autres entreprises qui trollent pour avoir des abonnés pour environ 40€ par mois. En 1 mois, ils nous ont aidés à faire passer notre nombre d’abonnés de 10 à 1400, et c’est maintenant une source majeure de trafic pour notre site internet.

 Nous avons aussi utilisé un vendeur sur elance pour qu’il nous crée une brochure. Cela nous a fait gagner beaucoup de temps, et le vendeur savait comment utiliser un langage clair, concis, et efficace. La brochure a été très utile!

Si vous avez utilisé un fabricant, comment l’avez-vous trouvé ? Quels sont vos suggestions pour ceux qui n’ont pas encore votre expérience ?

Une fois que nous avions éprouvé le concept et que nous avons décidé qu’il était temps de le produire à grande échelle, nous avons commencé à jouer aux détectives. En plus des recherches Google, nous avons prix chaque shampoing que nous avions étudié pendant notre phase de développement et nous avons cherché des indices sur le lieu de fabrication (si c’était fait en interne ou externalisé). Nous avons aussi demandé à chaque vendeur potentiel de nous donner les noms de quelques entreprises qui, selon eux, étaient des concurrents. Avec cette approche sur plusieurs fronts, nous avons trouvé beaucoup plus de fabricants que si nous avions simplement fait une recherche Google.

 Mon conseil pour les débutants : commencez aujourd’hui. Dédiez-vous à votre muse en répandant l’idée aussi vite que possible. Nous connaissons beaucoup de gars qui ont lu la semaine de 4 heures et nous adorons parler du livre et de leurs idées, mais le temps passe, et rien ne se passe. Appeler un partenaire potentiel et partagez-vous les taches. Dites à tous vos amis que vous lancez un produit à une date D. Construisez votre site web, et mettez-le en ligne. Mon partenaire et moi-même avons appris que la manière la plus rapide de faire quelque chose est de s’y consacrer à 100%. Vous aurez toujours le temps de perfectionner le produit plus tard.

Des conseils pour les relations publiques ? Médias, utilisateur connus, ou associations entre entreprise, etc ? Comment avez-vous fait ?

Nous allons figurer dans la prochaine édition d’un magazine qui a plus de 100 000 lecteurs. C’est arrivé car nous avons réussi à joindre un représentant du magazine, et à lui montrer notre brochure. Nous avons aussi été approchés par d’autres sites qui veulent ajouter notre produit, mais nous sommes vigilants car nous voulons protéger nos marges

Si vous deviez tout recommencer, que feriez-vous différemment ?

Nous aurions fait fabriquer notre produit plus vite. Nous avons passé trop de temps en phase de tests en répondant aux commandes nous-même. Automatiser tout ça a enlevé un gros fardeau de nos épaules. Nous pouvions nous concentrer sur la vente et sur le marketing.

Quel est la suite pour vous ?

Nous avons tellement appris depuis que nous avons commencé.

Nous avons travaillé avec un chimiste pour faire un produit largement amélioré qui inclut un sérum concentré, avec des résultats plutôt impressionnants. Nous allons lancer ca l’année prochaine, et nous ne pourrions pas être plus impatients!

“Shred Soles” de Nate Musson

 

Décrivez votre muse en 1 à 3 phrases.

Des semelles  pour le snowboard confortables, inclinés, performantes.

Quel est le site web de votre muse ?

http://www.shredsoles.com

Combien vous rapporte actuellement votre muse tous les mois (en moyenne) ?

De 750 à 2 000€ par mois

Comment vous êtes-vous décidé pour cette muse ?

L’idée pour ce produit était dans un coin de ma tête depuis l’hiver 2005. Après avoir lu la semaine de 4 heures en 2007, j’ai commencé à fabriquer et à tester moi-même différents degrés d’inclinaison pour les semelles de mes bottes de snowboard. Je sais que ça fait cliché, mais l’idée était comme un genre de démangeaison qui ne voulait pas partir. J’avais juste à continuer à aller de l’avant, et la semaine de 4 heures m’a indiqué la route à suivre. Je sentais aussi que ce produit pouvait remplir le critère pour être considéré comme une muse, alors je me suis lancé.

Quelles idées avez-vous eues, avant de les rejeter, et pourquoi ?

J’ai pensé faire une semelle plus polyvalente, non inclinée, non spécifique au snowboard, avec des motifs cool imprimés dessus. Ça aurait été plus facile à faire, mais je voulais un produit de niche, et je ne pensais pas que ça aurait été le cas. Je voulais vraiment quelque chose qui soit spécifique au snowboard.

Quels ont été les points critiques, ou le moment où vous vous êtes dit “A-ha!” ? Comment sont-ils arrivés ?

Tout d’abord, le fait que je l’ai moi-même testé. J’ai moi-même fabriqué et essayé des centaines de semelles différentes avec différents angles. Ensuite, la rencontre avec un professionnel de la botte qui m’a dit que j’avais trouvé quelque chose d’intéressant. Je devais aborder le sujet de manière détournée à cette époque, car je n’avais toujours pas de brevet. Enfin, le retour des clients! La première vente en ligne est arrivée avant même que j’ai du stock ou mis le site en ligne (il n’était même pas terminé!). J’ai dû envoyer au client mon dernier échantillon à ma taille. Deux mois plus tard, je recevais sans rien demander un email de sa part :

“Après deux opérations du pied, je ne pensais pas que mes pieds pourraient encore supporter le snowboard, mais grâce aux Shred Soles, je mets la montagne en pièce! Merci encore”

Quelles ont été vos plus grosses erreurs, ou plus grosse pertes de temps ou d’argent ?

Un coup de fil à 750 € à un avocat spécialisé dans les marques juste pour l’entendre dire “je ne pourrais jamais déposer Sred Soles”. Il avait tort. J’ai persévéré avec l’USTPO et ça a marché.

Payer des services dont je n’avais pas encore besoin (ou dont je n’ai jamais eu besoin), comme des magasins en ligne, des numéros en 0800, et un compte de podcasts. Acheter des cartes de visite trop tôt alors que les infos dessus ne sont maintenant plus à jour. Rester bloqué sur les brevets et les marques déposés et ne pas avancer avec le reste de l’activité parce que j’avais peur que ça ne marche pas.

Quelles ont été les leçons clé apprise, point de vue marketing ou fabrication ?

Fabrication : continuez à passer des coups de fils ou à envoyer des emails jusqu’à ce que vous trouviez la bonne pioche. J’ai contacté plus de 30 fabricants avant de trouver le bon. J’ai eu des gars qui me disaient que ce que j’essayais de faire était stupide ou impossible, et ce n’est pas comme ça qu’on fait les choses!

 Marketing : des pubs Facebook et une page de fan, twitter, des listes d’email, soumettre mon produit pour des tests, poster dans les forums de snowboard, et un peu d’optimisation des moteurs de recherche!

Si vous avez utilisé un fabricant, comment l’avez-vous trouvé ? Quels sont vos suggestions pour ceux qui n’ont pas encore votre expérience ?

J’ai trouvé un fabricant grâce à Google. J’ai écrit au peu qui me paraissait correct, et j’ai échangé plus d’emails et de coups de téléphones avec eux s’ils me répondaient. J’ai décidé que la plupart d’entre eux ne correspondait pas à  ce que je recherchais. Finalement, je suis tombé sur un fabricant qui était réceptif à mes idées. Ils ont toujours répondu rapidement, alors que beaucoup des autres fabricants que j’avais contacté avait été très long à répondre.

 Mon conseil pour un débutant qui cherche un fabricant serait d’envoyer beaucoup d’email, de passer beaucoup de coups de fil, et d’être persévérant! Trouvez-en un qui adhère à ce que vous voulez faire et qui comprend l’envergure de votre projet.

Des conseils pour les relations publiques ? Médias, utilisateur connus, ou associations entre entreprise, etc ? Comment avez-vous fait ?

J’ai eu pas mal de diffusion dans le magazine de snowboard N°1 grâce à une connexion chanceuse avec l’industrie. Les premiers et deuxièmes bloggeurs indépendants sur le snowboard ont aussi parlé de Sred Soles

Si vous deviez tout recommencer, que feriez-vous différemment ?

J’aurais mis en place un groupe de mecs géniaux dès le départ. Rien que ça aurait eu le plus gros impact global sur toutes les branches de l’activité!

Quel est la suite pour vous ?

Le nouveau site vient juste d’être mis en ligne, et il a un bien meilleur look. Je vais ajouter des nouveaux produits dans le mix (des chaussettes par exemple), ainsi qu’un nouveau produit secret! J’adorerais avoir des retours sur les produits dans le futur, et avoir une ou deux idées dans le futur

Ceci est la traduction d’un article publié le 28/11/2010 par Tim Ferris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s